"info" de la DGS sur les médecines non conventionnelles

Aller en bas

"info" de la DGS sur les médecines non conventionnelles

Message  Béatrice DEGEZ le Dim 16 Jan - 13:08

bonjour
je vous copie ci-dessous le message de Xavier C sur le Hub Ecomédecine de Viadeo.
Restons compétents, vigilants et solidaires !
allez sur le site du CICNS pour mieux comprendre la Mivilitude, et adhérez à Alliance pour la Santé pour participer à la construction d'un système basé sur la santé et non sur la maladie, dans le respect et la complémentarité.
beau dimanche à tous,
Béatrice

Les traitements médicamenteux conventionnels auraient-ils besoin « d’un petit coup » de réhabilitation ? Quoiqu’il en soit, les « médecines alternatives » ou dites « complémentaires », ou «douces » ou encore « naturelles » peuvent être très « tentantes » à l’heure de l’annonce d’événements indésirables ou d’absence d’efficacité de certains traitements médicamenteux… et peuvent donner, parfois à tort, en raison de leur caractère dit naturel, une image de sécurité. De plus en plus de personnes y ont recours et pourtant là aussi, des risques existent, en particulier lorsque ces pratiques viennent se substituer aux traitements conventionnels et tout simplement parce que la plupart de ces pratiques et des thérapeutiques qui leur sont liées ne sont pas soumises à des normes strictes comme celles qui régissent les médicaments conventionnels. (Xavier C)

« Dans tous les cas où la pratique n’a pas apporté scientifiquement la preuve de son efficacité, le terme de médecine est à proscrire », rappelle la DGS :

· La médecine « conventionnelle » s’appuie sur des traitements qui ont toujours reçu une validation scientifique, soit par des essais cliniques, soit parce qu’ils bénéficient d’un consensus professionnel fort. Elle est enseignée dans les facultés de médecine. Les autres professions de santé bénéficient également d’un enseignement conduisant à l’obtention de diplômes de niveau national.

· Dans la très grande majorité des cas, les pratiques non conventionnelles n’ont pas fait l’objet d’études scientifiques ou cliniques montrant leur efficacité et leur innocuité. L’enseignement de ces pratiques ne donne pas lieu à des diplômes nationaux, à l’exception de l’acupuncture. Mais, certaines formations font l’objet de diplômes d’université (DU) ou de diplômes interuniversitaires (DIU) placés sous la seule responsabilité d’une ou de plusieurs universités. Ces diplômes ne signifient pas, ipso facto, que l’efficacité et l’innocuité de la technique sont prouvées.

Le risque d’une perte de chance : Certaines de ces pratiques non conventionnelles ont certainement une efficacité sur certains symptômes, mais celle-ci est insuffisamment ou non démontrée, d’autres n’ont pas d’effet notable, et peu d’effet indésirable significatif. Mais ces pratiques peuvent entraîner une perte de chance pour les personnes atteintes de maladies graves, comme le cancer par exemple, lorsqu’elles viennent se substituer aux traitements conventionnels.

Pas de déclaration des effets indésirables, pour ces pratiques alternatives alors que cette déclaration et des infections associés aux soins est obligatoire selon l’article L. 1413-14 du CSP. Les effets indésirables des pratiques non conventionnelles sont donc mal connus, car il n’y a pas eu d’évaluation rigoureuse préalable à leur emploi, et peu ou pas de données publiées.

Des honoraires très variables : Là encore, parce qu’ils ne sont pas contrôlés, les honoraires des actes réalisés dans le cadre des pratiques non conventionnelles peuvent être rapidement élevés et ne sont pas pris en charge par l’Assurance Maladie.

Les recours possibles :

· si votre différend concerne un professionnel autre que ceux autorisés à dispenser des soins, vous pouvez porter plainte auprès de tout commissariat de police, brigade de gendarmerie ou directement auprès du Procureur de la République : www.vosdroits.service-public.fr

· Si vous pensez avoir été victime d’une exigence financière exorbitante, d’une déstabilisation mentale, ou si un discours dénigrant la médecine conventionnelle vous a été tenu, il est possible que vous ayez été victime d’une dérive sectaire : http://www.miviludes.gouv.fr/Contact

· Si vous pensez qu’une publicité sur internet pour une méthode non conventionnelle ne traduit pas la réalité, qu’elle est mensongère : www.internet-signalement.gouv.fr

Il y a 8 jours, une étude était publiée dans la revue scientifique Archives of Disease in Childhood, démontrant que le recours aux médecines alternatives présente un danger pour les plus petits et peut même s'avérer mortel (1).

Source : Ministère de la Santé/DGS « Les pratiques non conventionnelles » http://www.sante.gouv.fr/pratiques-de-soins-non-conventionnelles,7576.html

avatar
Béatrice DEGEZ
Admin

Messages : 9
Date d'inscription : 22/03/2010
Age : 54
Localisation : Saint Nazaire

Voir le profil de l'utilisateur http://www.unevieenvies.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum